À Propos

Evy Bee

Je m’appelle Evy, 32 ans. Je suis une rêveuse, une passionnée, une fonceuse et légèrement drama queen. Je suis une coordonnatrice pour un organisme communautaire, une coach de vie, une maman, une amie absente et une conjointe. J’ai de la difficulté à concilier toutes les sphères de ma vie, mais c’est tout moi avec mon charme lunatique. Pendant plusieurs années, l’écriture et la lecture ont été un enfer pour moi. Dyslexique, je viens d’une époque où l’on parlait outillage, mais concrètement, il ne se passait pas grand-chose. J’ai toujours eu des difficultés avec la grammaire, d’ailleurs au primaire j’écrivais de droite à gauche. J’ai réussi à lire convenablement vers la fin de ma deuxième année. Jalouse et découragée de voir que les autres n’avaient pas les mêmes difficultés que moi, j’ai abandonné mes rêves d’écrivaine par manque de confiance en mes capacités. Je voyais l’écriture comme un obstacle et j’avais une aversion pour le fameux stylo rouge. Vers la mi-vingtaine, j’ai pris la décision de me prendre en main et j’ai foncé. J’ai travaillé et retravaillé et je continue de travailler ma syntaxe. Je ne suis pas parfaite, mais lorsque tu es passionné par quelque chose, il faut foncer et oublier nos difficultés. J’ai un amour profond pour les romans qui abordent la croissance personnelle comme toile de fond, le fantastique qui te fait sortir de ton quotidien et les éternels chick lit.

Jessica

Je m’appelle Jessica, 38 ans. Moi, comparativement à Evy, je ne suis pas dyslexique, mais je me suis aperçu avec les années que j’étais TDA (sans le H). Je suis lunatique, je fais 15 millions de choses à la fois, sans les terminer et ça me prend tout pour finir ce que j’entreprends si je n’ai pas pris ma médication. Pas facile ma vie. J’aime lire, écrire (mais j’ai tendance à me décourager et ne pas finir ce que j’entreprends) sinon, je dois toujours être pousser dans le derrière. La lecture m’est venue à l’adolescence et quand je suis déménagée à Trois-Rivières, j’ai tout arrêté. J’ai recommencé à lire lorsque Twilight est sorti en film. Je n’avais pas vu le film, mais y’a tellement de gens qui m’en parlais, que j’ai lu les livres en 1 ½ semaine et après j’ai regardé les films et me suis mis à écrire et corriger les fictions de Twilight d’autres mordues comme moi. Bref… Twilight a été ce qui m’a redonné le goût à la lecture après avoir eu ma famille… puisque j’avais tout mis de côté depuis 1997.