Calendar girl: janvier, T1

Mia vit seule avec son père et sa petite soeur à Las Vegas. Elle veut devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte 1 million de $ qu’il perd et ne peut rembourser. Le prêteur sur gages l’expédie dans le coma. Mia doit assumer la dette de son père sous peine que sa petite soeur et elle subissent le même sort.
Elle deviendra escort. Un contrat mensuel de 100 000 $.
12 hommes, 12 villes, 12 rencontres, 12 livres… des scénarios qui se croisent, se recroisent et se décroisent.

title-tag

MON AVIS

 

Ma première impression après avoir fermé la couverture fut la déception de constater que Mia allait continuer ses contrats malgré la déclaration d’amour de Wes.
Cet homme, WOW! L’homme rêvé de bien des femmes et elle décide, tout de même, de continuer sa mission d’avoir 1 homme par mois! OK, je peux comprendre qu’elle veut parvenir à amasser l’argent par elle-même et ne rien devoir à personne, mais Wes! Elle est folle de ne pas accepter son offre! Nonobstant, si elle avait accepté, il n’y aurait pas 12 tomes à lire. 😛
J’ai lu des bons et de mauvais commentaires sur la façon d’agir et de penser de Mia. Certaines la trouvent forte, d’autres non. Moi, je constate qu’elle est comme un Mini-Wheat. Elle est forte de caractère et à la réplique facile, mais son côté givré, la pousse dans les bras des hommes et quand vient le temps du sexe, elle ne refuse jamais une occasion. Son côté nunuche prend le dessus sur sa force lorsque l’opportunité d’une «baise» se présente.
Les sentiments et les descriptions sont quelque peu absents, mais cela ne m’a pas empêché d’aimer l’histoire et de vouloir savoir la fin.
Dorénavant, ma seule peur est d’apprécier les autres hommes, sinon plus que Wes. Ce dernier était vraiment parfait. Peut-être, trop…
Merci aux Éditions Petit homme pour l’envoi de ce service de presse!

Acheter 12.95$

title-tag

EXTRAIT

– Tu es déjà montée dans une limousine ? demande Wes en me regardant d’un air amusé.
La réponse est non, bien évidemment, mais je refuse de le lui dire.
– Bien sûr, je dis en ouvrant la portière.
Wes met sa main sur sa bouche en riant et je grimace, ne comprenant pas la blague.
– Alors pourquoi tu veux monter à l’avant ? demande-t-il en désignant la porte que je viens d’ouvrir.
Je regarde à l’intérieur et je vois le volant du conducteur. Lorsque je me redresse, je réalise qu’un homme en uniforme de chauffeur tient la portière arrière ouverte.
– Je le savais , je voulais simplement demander au chauffeur où nous allons, dis-je en me sentant rougir.
– Mais bien sûr, dit-il en posant une main sur le creux de mes reins pour m’accompagner.

Auteur de l’article : Jessica Gagnon-René

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.