Comment j’ai mordu Damon Salvatore

Comment réagiriez-vous si le vampire sexy sur lequel vous fantasmez débarquait un soir de décembre dans votre librairie ? À 30 ans, Capucine a voué sa vie aux livres qu’elle dévore comme elle respire, se perdant dans des rêveries de Princes Charmants… pas si charmants que ça. Égarée au milieu de son univers rose bonbon, la jeune femme rêve, en permanence. Et c’est sans doute là son plus gros problème. Parce qu’entre rêves et réalités, la frontière est plus mince qu’elle ne le croyait. Quand un homme mystérieux franchit les portes de son antre et fait basculer l’axe de son monde, Capucine prend peur. Choisira-t-elle la sécurité du songe inaccessible dans lequel elle s’est volontairement enfermée ? Ou prendra-t-elle le risque de mettre un pied en dehors des pages de ses livres ? La vie réelle lui tend les bras… acceptera-t-elle de s’y jeter, corps et âme, au risque de souffrir à nouveau ? Découvrez comment un regard, une morsure, peuvent changer votre existence à tout jamais.

title-tag

MON AVIS

 

Cette nouvelle est légère, sans prise de tête et drôle. Au départ, j’ai eu une hésitation à la lire, mais j’aurais dû le faire bien avant.
On y découvre une Capucine qui ne veut plus souffrir. L’amour est trop cruel lorsqu’il prend fin. Elle et une fille ordinaire, qui a peur de s’assumer et d’être elle-même. Une série d’évènements auront lieu afin qu’elle se rende compte qu’elle peut enfin être elle et laisser parler son cœur et ses sentiments. Une nouvelle qui se lit bien et qui nous fait rêver tout en nous ramenant les pieds sur terre.
Je remercie donc Rose Darcy pour l’avoir écrite et m’avoir fait découvrir son univers.

 

[button content= »Acheter 2.99$ » color= »yellow » text= »black » url= »https://www.amazon.ca/s/?_encoding=UTF8&linkCode=xm2&tag=booknode-20&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Comment+j%27ai+mordu+Damon+Salvatore+Rose+Darcy »]

title-tag

EXTRAIT

Au milieu des piles que forment mes bouquins, je n’existe plus, je survis. Je parcours tellement de mondes, je rencontre tellement de gens, je ressens tellement d’émotions, là, entre ces lignes figées par l’immortalité, que je n’ai plus vraiment envie de les chercher en dehors. A quoi bon ? Y auront-elles la même saveur ? Non, bien sûr que non. Rien n’a la même saveur en dehors de ces pages que je tourne avidement, un jour après l’autre.

Rien.

Auteur de l’article : Jessica Gagnon-René

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.