CÔTE-BLANCHE, T1

En retrait du village de Monts-aux-Pins gît un mystérieux manoir abandonné depuis trois décennies : Côte-Blanche. Le départ expéditif de ses occupants avait jadis déclenché certaines rumeurs, dont l’une voulant qu’il soit le lieu d’errance d’êtres n’appartenant plus au monde des vivants… Lauriane Bélisle, fille de paysan, croit en la véracité de cette rumeur, surtout depuis que d’étranges impressions l’assaillent quand elle passe près du portail à l’entrée du domaine. Une sorte d’appel silencieux, une invitation, dirait-on, à pénétrer dans ce lieu interdit. Contre toute attente, le fils de l’ancien propriétaire vient y élire domicile. William Fedmore est à l’image de son manoir : élégant, intrigant et énigmatique. Lauriane ne tarde pas à réaliser que sa fascination pour Côte-Blanche pourrait bien n’avoir d’égale que celle qu’elle voue à ce séduisant Anglais…

title-tag

MON AVIS

Avant tout, laissez moi vous dire que je me suis fait violence afin de vous écrire cette critique au lieu de plonger mon nez dans le tome 2 immédiatement après avoir terminé ce premier opus. C’est toute qu’une fleur que je vous fais! Croyez-moi, ça n’arrive pas souvent que je fais cela.
Ce roman m’a complètement transporté dans l’univers des gens qui habitaient la Mauricie à l’époque où tous avaient chevaux et charrettes comme moyens de transports, ainsi que le langage employé par ces gens avaient à cette époque. J’ai même découvert certains endroits que je connaissais peu voir pas du tout en plus de ce petit village totalement imaginé, qui nous est présenté sur un plateau d’argent.
Voyons voir comment je pourrais vous présenter l’histoire sans trop vous en dire? J’avais commencé mon texte en vous décrivant l’histoire presqu’en entier tant elle est passionnante, mais je me suis dit que si je faisais cela, vous n’auriez plus aucun plaisir à le lire.
Lauriane Bélisle. Jeune femme de 18 ans aux cheveux rouge, fille de fermier, et sœur de cinq frères tous plus âgés qu’elle. Sa mère étant décédée alors qu’elle n’avait qu’onze ans, Lauriane a du reprendre la maison en main et devenir ainsi une femme au foyer plus rapidement que prévu. Elle est une demoiselle que M. Fedmore considère comme jeune et pleine de réparti, tout en étant un peu trop curieuse. Je suis tombée sous son charme et celui de sa famille qui lui tient tant à cœur.
M. Fedmore. William de son prénom, est un bel homme, mystérieux et ténébreux avec son cache-œil, nous le personnifiant tel un pirate. Il attire le regard de la gente féminine du village, comme le miel attire un ours. Riche héritier anglais, il a une vision de la vie que les autres n’ont pas. Parmi toutes les femmes du village, il semble être attiré par cette fille aux cheveux rouge qui a fait irruption sur le terrain de son manoir sans savoir qui il était. Aimant se moquer d’elle tout en prenant soin de ramener Miss Bélisle à la raison, il apprendra rapidement que ce n’est pas sans aucune protestation de la part de cette jeune femme. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, l’homme (le père) régnait sur la maisonnée. Vous comprendrez que M. Fedmore ne voulait pas défier le père de sa belle qui désapprouvait le départ solitaire que sa fille souhaitait tant, car elle déteste avoir un chaperon. Sachant qu’à chaque dimanche elle visite sa tante, il lui propose de travailler pour lui afin de tenir compagnie à cette dernière, quelques jours par semaine. Est-ce pour l’avoir chez lui plus souvent? Je n’en sais rien, mais j’espère en découvrir un peu plus dans le tome 2.
Maintenant que le 1er tome est terminé, je n’ai qu’une envie, celle de lire la suite! J’ai tellement remis cette lecture à plus tard, qu’aujourd’hui, je regrette de ne pas lui avoir donné sa chance plus tôt. Avoir su que c’était si envoûtant, je l’aurais lu bien avant. Ce début de série se trouve dans mon Top 5 des meilleures que j’ai lues. Un énorme coup de cœur pour le premier tome de la saga Côte-Blanche et son auteure Marie-Claude Charland.

 

[button content= »Acheter 9.95$ » color= »yellow » text= »black » url= »http://www.ada-inc.com/cote-blanche-tome-1.html »]

title-tag

EXTRAIT

Nord des Trois-Rivières
1889

De loin, le portail en fer forgé ne laissait voir que son centre, là où se rejoignaient les vantaux, en partie masqué par les exubérances d’une nature à laquelle on avait rendu ses droits voilà tant d’années. Mais, même dans de telles conditions, il continuait d’en imposer, fier gardien d’un vaste domaine, symbole de prestige et d’opulence.

Il ne faisait toutefois pas qu’inspirer l’admiration. Ce n’était pas la prospérité qu’il suggérait qui déchaînait les battements de cœur des deux jeunes femmes qui s’en approchaient à pas mesurés.
— Lauriane, vas-tu finir par me dire pourquoi tu m’amènes ici? demanda Marie-Louise, dont la voix mal assurée trahissait une crainte évidente.
— Tu vas voir.

Auteur de l’article : Jessica Gagnon-René

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.