Entrevue de Sophie Rondeau

Sophie Rondeau est auteure de plusieurs livres pour la jeunesse
publiés 
chez différentes maisons d’éditions québécoises.

Amélie, des Éditions Hurtubise, m’a proposée une entrevue avec cette
dernière 
et j’ai le plaisir de vous faire découvrir ses réponses.

title-tag

Puisque les jumelles ont toujours été ensemble, est-ce que cela vous a été difficile de les séparer et de les faire évoluer indépendamment?

Non, parce qu’en les séparant, j’ai pu aller plus à fond dans l’histoire de chacune. Elles ont pu prendre leur place, surtout Clara qui s’effaçait derrière sa sœur avant d’entrer au secondaire. Je voulais aussi présenter aux lectrices deux réalités complètement différentes pour qu’elles puissent s’identifier plus facilement à l’une ou à l’autre.

Clara est très timide, comparativement à Lili, qui parle à tout un chacun. Quelle a été votre source d’inspiration?

Je crois qu’à la base, nous nous inspirons toujours un peu de nous-même pour écrire. Lili et Clara représentent en quelque sorte deux pans complètement opposés de ma personnalité. Je suis tout à fait consciente d’être un vrai casse-tête! Au fil du temps, j’ai également observé plusieurs d’élèves à l’école où j’enseigne qui ressemblent soit à Clara, soit à Lili. C’est aussi en pensant à elles que j’ai créé ces deux personnages.

Clara et Lili ont traversé l’océan, vers la Belgique, comment avez-vous été accueilli avec elles lors de la foire du livre de Belgique?

J’ai été merveilleusement bien accueillie. Presque tous les livres se sont vendus. J’ai même rencontré deux couples de jumelles qui ont acheté mes livres et cette semaine, l’une d’elles m’a réécrit en me demandant si je revenais cette année!

Est-ce que vous avez transmis cet amour de la lecture ou de l’écriture à vos enfants?

Chez moi, il y a des centaines de livres. Je vis entourée de livres! J’encourage beaucoup la lecture chez mes enfants, et ce depuis qu’ils sont tout petits. J’ai même écrit des histoires pour eux, pour les faire lire… mais je n’ai pas toujours eu du succès! Deux de mes quatre enfants détestent la lecture, à mon plus grand regret. Mais je persévère, j’essaie de leur faire découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux univers, en me disant qu’un jour, je vais peut-être réussir à les accrocher. Pour ce qui est de l’écriture, je dois dire que j’ai des enfants très créatifs. Toutes les portes leur sont ouvertes. On ne sait jamais!

Quel style de roman préférez-vous écrire entre les livres pour enfants, ados et adultes?

Je préfère écrire pour les enfants et les adolescents. Je sens que je peux aller jusqu’au bout de ma folie quand j’écris pour les enfants. J’invente des fées, des pirates, des monstres… Et le contact avec eux est juste trop merveilleux!

Avec les ados, j’aime mieux créer les univers plus réalistes. Je sais que les adolescents se posent plus de questions, se remettent plus en question aussi. J’essaie de leur montrer qu’ils ne sont pas seuls. J’aime aussi les faire rêver, les sortir un peu du quotidien, pour oublier les hormones, les boutons, les examens, les peines d’amour, les chicanes avec leurs parents… Je veux que mes livres leur fassent du bien, que les jeunes sourient en les lisant… la plupart du temps en tout cas!

Et entre votre travail, votre famille et votre écriture, qu’avez-vous fait pour garder une belle plume?

J’essaie de me garder des petits moments pour lire et… je me laisse inspirer! Quand je lis, il m’arrive souvent d’observer comment s’y prend l’auteur pour faire évoluer ses personnages, pour les décrire, pour construire son univers. C’est là que je me rends compte que j’en ai encore beaucoup à apprendre!

 

J’aimerais remercier Sophie Rondeau d’avoir pris le temps de répondre à ces questions pour L-O-C.

Auteur de l’article : Jessica Gagnon-René

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.