L’année sans été: Les fiançailles au berceau, T1

Un roman d’apprentissage porté par le souffle de l’aventure.
Québec, 1815. Ange-Élisabeth Boucher de Montizambert, 17 ans, a toujours fait ce qu’on attendait d’elle. Fiancée officieusement depuis sa naissance à Richard Philippe Guyon, riche héritier d’un empire fondé sur l’import-export, elle fait l’envie de bien d’autres jeunes filles de son rang.
Cependant, quand Richard part étudier en Angleterre et que son père prend la direction du lac Saint-Jean, «en pays sauvage», Angélie se sent soudainement moins sûre d’elle-même et de son avenir.
Contrainte de vivre chez les Guyon en attendant que son fiancé revienne au pays, elle trompe son ennui avec son amie Claire-Françoise, jusqu’à ce qu’une nouvelle bouleverse à jamais son quotidien et l’incite à prendre une audacieuse décision.

title-tag

AVIS EVY BEE

 

J’ai lu le résumé il y a plusieurs mois et par la suite, j’ai caressé la couverture à plusieurs reprises dans les librairies ou la bibliothèque, sans plus. Au début de l’été, malgré une très grande PAL, j’ai senti une panne de lecture. Je suis allé visiter ma bibliothèque de coin et j’ai pris la décision de repartir avec le tome 1 avec aucune attente. Je m’étais dit que dans le pire des cas, je pourrais le rapporter sans l’avoir lu.

Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu aussi longtemps avant de le lire parce que j’ai dévoré 350 pages en trois jours. UNE PREMIÈRE POUR MOI !!!

Je considère ce livre comme un bijou littéraire. Je ne suis pas amatrice de lecture à la fois historique avec une trame sentimentale, mais ce livre m’a conquis. L’auteure nous fait découvrir le Vieux-Québec des années 1815 et la richesse des détails m’a fait voyager dans le temps, dans le port et dans la nature.

J’ai eu un gros coup de cœur pour la force de caractère d’Angélie. Elle sait prendre des décisions avant-gardistes pour une femme de la haute classe tout en restant sensible et réservée. Je peux vous confirmer que cette femme est fascinante.

Un roman que je recommande sans hésiter à tout mon entourage. Lorsque j’ai eu terminé de lire le premier volume, j’ai couru à la bibliothèque pour prendre le second !!!

Acheter 17.96$

title-tag

EXTRAIT

Le majordome n’avait même pas encore quitté la pièce que déjà, je me ruais vers la desserte où avaient été disposés quelques gâteaux fins.
— Ange-Élisabeth, un peu de tenue, dit en riant madame Guyon, sur un ton exempt de reproches.
— Ils sont si beaux… et vous savez bien que ce n’est pas mon père qui penserait à me faire ce plaisir!
Je croquai sans façon dans un premier gâteau, de ceux qui étaient blancs avec de petites fleurs en pâte d’amande rose.
— Richard n’est pas ici? demandai-je.
N’obtenant aucune réponse de la part de madame Guyon, je levai les yeux vers elle. Elle me fixait d’un drôle de regard. Ses yeux me détaillaient avec une infinie douceur et un certain apitoiement. Croyant qu’elle était découragée de mon peu de manières, je me mis bien droite et relevai la tête en faisant disparaître d’un coup de langue furtif le sucre qui, je le sentais, devait déjà décorer le coin gauche de ma bouche.

Auteur de l’article : Evy Bee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.