Zut! j’ai raté mon gâteau

Trois histoires s’entrecroisent : en 1934, Marie-Juliette cuisine par nécessité et rêve de devenir chef ; en 1967, Hélène cuisine par obligation et rêve d’une vie meilleure pour elle et ses enfants ; en 2016, Emilie cuisine par défi et rêve d’ouvrir un restaurant. Ces trois fonceuses prennent le pari de s’inventer une vie qui leur ressemble. Et si leurs stratégies pour y arriver sont bien différentes, celles-ci ont un point commun : le bonheur de ces femmes passe par la cuisine… et par le contenu d’une vieille valise verte.

Comédie légèrement dramatique qui se lit l’eau à la bouche et le sourire aux lèvres, Zut ! j’ai raté mon gâteau nous plonge dans les univers savoureux de trois femmes aux trajectoires uniques, étroitement liées par leur passion pour la cuisine. Un roman qui fait du bien, avec, en prime, de véritables recettes réconfortantes, simples et délicieuses.
title-tag

AVIS JESSICA

 

Pour bien commencer l’année 2018, j’ai décidé de participer au challenge « Mystère 2018 » de chez Frogzine. J’avais besoin de me botter les fesses pour lire davantage. Pour le mois de janvier, le thème était « Histoire qui se passe dans l’univers culinaire. » Je me suis fait conseiller ce roman par une amie. J’avais ce livre dans ma PAL depuis un moment. Quelle erreur monumentale de ma part d’avoir attendu aussi longtemps!
J’ai été transporté dans trois époques différentes. Dans chacune de celles-ci, une femme tentait de faire sa place sur le marché du travail en tant que chef. De nos jours, les femmes peuvent faire les mêmes métiers que les hommes, mais n’oublions pas que dans les années 30 et 60, il en était tout autrement. La femme se devait de rester à la maison, mariée et mère de famille. Or, ce roman si touchant et emballant nous fait connaitre trois femmes qui ont du caractère, de la volonté et une soif d’apprendre quasi inépuisable.
Chacune à sa vision du travail, de la famille et de la vie. Au bout du compte, elles se rejoignent toutes autour de la valise verte qui parcourt les pages de ce roman si poignant. Cet objet est celui qui m’a attiré avec ses recettes qui me sont proposées pendant toute ma lecture. J’avoue que certaines semblaient très alléchantes même pour une fine bouche comme moi.
Parmi les trois générations, j’ai eu une préférence pour celle de Marie-Juliette, quoique celle d’Hélène m’a impressionné en raison de son courage afin de faire vivre ses enfants convenablement.
Malgré ses 264 pages, j’en aurais lu 200 de plus sans jamais m’ennuyer. Marie-Juliette, Hélène et Émilie ont réussi à gagner mon cœur à tel point que ce petit bijou en devienne un coup de cœur.

 

title-tag

EXTRAIT

Saint-Henri, 2016

— Zut! j’ai raté mon gâteau.
Pourtant, diminuer la quantité de poudre à pâte n’aurait pas dû tout faire foirer. Et voilà pourquoi la pâtisserie n’est pas et ne sera jamais sa spécialité. Émilie déteste suivre les recettes, mesurer tout au milligramme près. Ça l’impatiente et ça l’emmerde profondément.
Que faire alors? Ce n’est pas pour être dramatique, mais sa vie en dépend. Un peu. Beaucoup.
— Je t’entends rager de la pièce d’à côté, même à travers le bruit de la scie ronde. Qu’est-ce qui se passe, mon amour de cheffesse? la taquine Louis.
— Gâteau moffé, encore.
— Il me semblait que tu ne voulais pas faire de pâtisserie ?
La mitaine de four le manque de peu et s’écrase contre le mur. Louis rit et comprend qu’en ce moment, sa meilleure tactique est de serrer Émilie dans ses bras et de lui murmurer que tout va bien aller.
Donc, question de vie ou de mort.
Émilie doit préparer un gâteau pour l’anniversaire du fils d’un puissant et cruel mafioso qui a juré de s’en prendre à sa famille, à ses amis, à ses voisins immédiats et à tous leurs descendants si le gâteau n’était pas parfaitement parfait.
Mais non.
Le gâteau est destiné à un chef grognon à qui Émilie a demandé d’être son mentor.

Acheter 19.95$

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.